Dans quelles entreprises controversées les banques investissent-elles en Belgique ?

Voyez ci-dessous une sélection d’entre elles tirée de l’enquête Dirty Profits de Facing Finance.*

Pfizer

L’entreprise pharmaceutique Pfizer est, après Novartis, le plus grand fabricant de médicaments, vaccins et produits pharmaceutiques au monde. Dans l’Access to Medicine Index, une initiative indépendante qui dépiste les entreprises pharmaceutiques, Pfizer se classe très faiblement sur les plans de l’accès aux médicaments et de la transparence. Pfizer refuse, par exemple, de diminuer les prix du Zyvox, un médicament qui pourrait aider à lutter contre la tuberculose dans les pays en développement. Pfizer est également associée à la corruption. En 2012, Pfizer a été accusée aux États-Unis de corrompre des régulateurs afin d’obtenir l’autorisation pour ses produits. Elle a en outre été mise en cause dans plusieurs affaires judiciaires en matière de législation antitrust et de monopole.

Photo: Le mouvement Occupy Wall Street proteste contre Pfizer à New York, en février 2012 © Michael Fleshman.

Investissements

Argenta: 3,7 millions d'euros
Belfius: 60 millions d'euros
BNP Paribas: 363 millions d'euros
Deutsche Bank: 1,9 milliards d'euros
ING: 371 millions d'euros
KBC: 122 millions d'euros
van Lanschot: 403 026 euro

Téléchargez la publication ici (ENG)

Pfizer
Nestlé

Nestlé

Nestlé est la plus grande entreprise mondiale du secteur de l’alimentation et des boissons. Malgré le fait que Nestlé ait signé des accords internationaux en matière de droits de l’homme, l’entreprise fait cependant l’objet de sévères critiques. Ainsi, Nestlé a été accusée aux États-Unis de soutenir l’esclavage et la traite des êtres humains dans les pêcheries thaïlandaises pour la production de ses produits d’alimentation féline Fancy Feast. En 2015, la Fair Labour Association a signalé l’utilisation du travail des enfants dans les plantations de cacao de fournisseurs en Côte d’Ivoire. Bien que Nestlé ait annoncé qu’il luttait contre ces violations du droit du travail dans ses chaînes de production, les ONG restent critiques vis-à-vis de sa politique. Les usines de boissons ont également dû faire face à des oppositions à cause de l’utilisation intensive des réserves d’eau locales au Pakistan, en Afrique du Sud et aux États-Unis.

Photo: Pêcheurs birmans à l’œuvre sur un bateau de pêche en Thaïlande © Organisation internationale du travail, 2005

Investissements

Belfius: 179 millions d'euros
BNP Paribas: 600 millions d'euros
Deutsche Bank:2,5 milliards d'euros
ING: 462 millions d'euros
KBC: 155 millions d'euros
van Lanschot: 753 951 euro

Téléchargez la publication ici (ENG)

Inditex (Zara, Massimo Dutti)

La firme espagnole Inditex, société mère de Zara en Massimo Dutti, entre autres, est le plus grand groupe de mode au monde et le chef de file de l’industrie de la fast fashion (mode à renouvellement rapide). Une part importante de la production pour sa filiale Zara se fait au Brésil, un pays connu pour son industrie textile informelle. En 2011, le gouvernement brésilien a décrit la situation dans quelques ateliers de Sao Paolo, où des migrants travaillent 16 heures par jour, comme tant « analogue à l’esclavage » et a infligé des amendes à Zara en tant qu’employeur. Bien que Zara prétende connaître sa chaîne d’approvisionnement, elle refuse toute responsabilité juridique pour les conditions de travail dans les ateliers. Malgré cela, les autorités brésiliennes ont déjà constaté depuis 2012 que 7.000 travailleurs avaient été maltraités. Une autre entreprise d’Inditex, Pull & Bear, a aussi été mise en cause au Bangladesh du fait de conditions de travail extrêmement mauvaises.

Photo: Vue prise durant les inspections du gouvernement brésilien en 2011, par Fernanda Forato © Repórter Brasil

Investissements

Argenta: 6,6 miljoen euro
Belfius: 36 miljoen euro
BNP Paribas: 47 miljoen euro
Deutsche Bank: 376 miljoen euro
ING: 29 miljoen euro
KBC: 24 miljoen euro
Triodos: 9,8 miljoen

Téléchargez la publication ici (ENG)

Inditex (Zara, Massimo Dutti)
Sanofi

Sanofi

Sanofi est une multinationale pharmaceutique française qui se concentre surtout sur les médicaments contre le diabète et les maladies rares. Selon l’Access to Medicine Index, Sanofi est, plus que d’autres entreprises, impliquée dans la corruption et le marketing non éthique. En 2014, un tribunal français a condamné Sanofi pour une campagne qui décourageait les médecins et les pharmaciens à prescrire des médicaments génériques. La même année, un tribunal allemand a infligé à Sanofi une amende de 28 millions d’euros pour paiements illégaux aux sociétés de consultance Accenture et Deloitte pour obtenir la préférence des clients. En outre, une affaire est pendante aux États-Unis en raison des effets secondaires potentiellement mortels de son anticoagulant Plavix.

Photo: Laboratoire de vaccins Shantha Biotechnics de Sanofi à Hyderabad, Inde © Sanofi / Villart Photography

Investissements

Argenta: 5,9 millions d'euros
Belfius: 127 millions d'euros
BNP Paribas: 975 millions d'euros
Deutsche Bank: 1,8 milliards d'euros
ING: 469 millions d'euros
KBC: 219 millions d'euros
Triodos: 575 500 euro 

Téléchargez la publication ici (ENG)

Motorola

La société américaine Motorola fabrique une large gamme de matériel de support pour les communications, allant des systèmes de sécurité jusqu’aux infrastructures pour les réseaux sans fil, avec les gouvernements comme principaux clients. Motorola a principalement été compromise en raison de ses contrats pour le ministère de la Défense israélien. En 2005, Motorola a mis en place le système de radar « MotoEagle Surveillance » autour des colonies israéliennes contestées sur la rive ouest du Jourdain, afin de contrôler les activités humaines sur cette « frontière invisible ». La portée du système de surveillance va jusque dans les territoires palestiniens. Israël utilise aussi du matériel de Motorola pour ses opérations de police dans les territoires palestiniens. Selon le Représentant spécial des Nations unies, un tel système de surveillance implique une nouvelle restriction de la liberté de mouvement des Palestiniens.

Photo: Détecteurs radars de Motorola dans la colonie d’Otniel sur la rive ouest du Jourdain © Who Profits

Investissements

BNP Paribas: 156 millions d'euros
Deutsche Bank: 456 millions d'euros
ING: 172 445 euro
KBC: 10 millions d'euros

Téléchargez la publication ici (ENG)

Motorola

* Consultez ici le rapport complet de Dirty Profits IV-rapport de Facing Finance


 

Une action conjointe de Scan des banques et de Facing Finance. Financée par FairFin et Sida.

                                               undefined undefined undefined  undefined

Kies je taal / Choissisez votre langue:

Onze website is beschikbaar in het Nederlands en Frans. Notre site web est disponible en français et néerlandais.

×

Merci d'avoir partagé

Votre message a bien été publié

×